Absence due à la grève inscrite dans PaieNet avant la grève

Le 22 octobre dernier, nous avons remarqué que l’absence de tout le personnel, due à la grève du 26 octobre, avait été inscrite dans PaieNet AVANT que l’absence soit constatée ou déclarée. Ce geste soulève de nombreuses questions éthiques et a irrité plusieurs personnes, dont les présidences des trois syndicats.

Voici la réponse de la Direction des ressources humaines aux lettres respectives des trois présidences (qui apparaissent à la suite).

********************

Bonjour,

Le présent courriel fait suite à vos demandes respectives concernant le retrait de l’inscription de la journée de grève du 26 octobre de l’onglet « Absences » dans paieNET. Il est important de vous préciser que la coupure de traitement a été inscrite, mais qu’elle n’est pas traitée et je vous confirme qu’elle ne sera pas traitée avant la tenue effective de cette journée de grève. La façon dont le système de gestion de la paie fonctionne fait en sorte que l’information peut être consultée à l’avance ce qui comporte son lot d’avantages, mais aussi d’inconvénients.

Nous comprenons vos représentations concernant la perception de voir cette journée inscrite. Il ne s’agit certainement pas d’un message à l’effet de réduire cette action en simple opération administrative, mais nous tenons cependant à vous rappeler que nous avons agi suite à la réception d’un avis de grève dans lequel on précise qu’une grève sera déclenchée le 26 octobre à 00h00. Nous sommes au fait qu’une entente de principe peut toujours intervenir et comme nous vous l’avons mentionné à plusieurs reprises, nous souhaitons qu’il y ait une entente entre les parties, et ce, le plus rapidement possible.  Également, tel que nous vous l’avons affirmé lors de notre rencontre d’hier, le Collège s’assure que le ministère soit informé en ce sens.

Concernant votre questionnement quant à la responsabilité de la déclaration et à la conformité de l’information, il n’appartient pas à l’employé de déclarer une absence puisqu’il s’agit plutôt d’une coupure de traitement liée à l’absence de prestation de travail pour une activité couverte par le Code du travail. Il ne s’agit donc pas du processus normal. De plus,  nous nous sommes assuré auprès de chaque gestionnaire que cette coupure reflétait la réalité de chaque employé. Ceci dit, il peut toujours y avoir des erreurs que nous nous empresserons de corriger le cas échéant. Les employés seront avisés en ce sens mardi.

À défaut de corriger la situation tel que demandé, nous espérons que ces précisions seront satisfaisantes.

Merci.

Danielle Coallier

***************************

Madame la Directrice du Personnel

Je viens de prendre connaissance que les tous les employés syndiqués du Collège ont déjà d’inscrit à leur dossier de paie une absence relative à la journée de grève prévue pour le lundi 26 octobre. Nous ne sommes pourtant que le 23 octobre au matin.

En traitant l’absence relative à une grève en avance dans votre système de gestion de paie, vous envoyez le message à vos employés que leur geste est banal et que leur moyen de pression se gère administrativement. Vous leur faites comprendre que le sort en est jeté et que vous admettez qu’il n’y aura pas de résolution de conflit d’ici dimanche minuit. En procédant de la sorte, vous générez un symbole ambigu qui, une fois interprété par vos employés, génère de la colère et du cynisme à l’égard de la Direction.

Au nom du personnel professionnel, je vous saurais gré de bien vouloir respecter la lettre et l’esprit du droit de grève de nos travailleurs. Je vous demande de retirer cette absence du dossier des employés du collège et d’attendre le fait accompli avant de procéder.

Je vous remercie de votre écoute et de votre collaboration,

Éric St-Jean, président du syndicat du personnel professionnel

***************************

Bonjour Madame,

Il a été porté à ma connaissance et j’ai confirmé en vérifiant dans mon PaieNet que la journée de grève du 26 octobre bien que n’étant toujours pas faite est déjà inscrite à nos dossiers de paie.

Dans un premier temps, ne trouvez-vous pas un peu prématuré cette inscription alors que nos comités respectifs travail toujours, je le présume, à convenir d’une entente.

Dans un deuxième temps, n’appartient-il pas aux employés de déclarer leurs absences ? Êtes-vous certaine que la coupure (dans mon cas 7 heures) correspond bien à l’horaire de chacun d’entre nous ?

Je souhaiterais sincèrement voir disparaitre cette absence de nos dossiers et qu’elle y soit inscrite dans le processus normal de la déclaration d’absence. Ainsi nous nous assurerons qu’elle est bien quantifiée et approuvée par tous.

Cordialement.

Yvan Guillemette

Président Syndicat du personnel de soutien

*****************************

Bonjour,

Le principe de la grève, autant dans son intention que dans son exercice, est un moyen de pression. Celui-ci s’inscrit dans une escalade de moyens qui vise à mettre la pression nécessaire sur l’employeur (l’État) pour qu’il négocie véritablement. Ainsi, à tout moment du processus, si les parties sont de bonne foi (et c’est le sens qu’a voulu donner le législateur à la LOI SUR LE RÉGIME DE NÉGOCIATION DES CONVENTIONS COLLECTIVES DANS LES SECTEURS PUBLIC ET PARAPUBLIC») une entente de principe négociée doit être l’objectif des parties, en tout temps.

Or en inscrivant de manière unilatérale une journée d’absence à tous les enseignants avant qu’ils n’exercent leur droit légitime de faire la grève, c’est comme si on faisait fi de cet intention. De manière symbolique, c’est comme si on nous disait que notre grève ne servait à rien et que l’Histoire était déjà écrite.

Nous aimerions véritablement que cette inscription soit retirée PaieNet et qu’elle soit indiquée, comme il se doit, seulement après les faits.

Merci de votre collaboration,

Michel Milot, Président SEECLG